Actualités
Accueil fleche Mairie fleche Les actualités

Les actualités

COUPEZ L'EAU AUX MOUSTIQUES TIGRES

COUPEZ L'EAU AUX MOUSTIQUES TIGRES

Le moustique tigre, espèce particulièrement agressive envers l’homme pendant la journée et potentiellement vectrice de maladies, réapparait dans nos villes. Pour limiter au maximum les risques d’infection et les nuisances occasionnées par ce moustique, il est essentiel de lutter contre sa prolifération.

Chez nous, le moustique est là depuis début mai, soit depuis plus d'un mois déjà. Dans ce cadre, la mobilisation de la population est primordiale. Chacun, en modifiant son comportement et en adoptant des gestes simples, peut participer à cette lutte. Présent de mai à novembre, ce moustique d'origine tropicale, également appelé moustique tigre en raison des zébrures qui parcourent son corps et ses pattes, est de petite taille (environ 5mm) et pique en journée (ce n'est pas lui qui vous empêche de dormir la nuit).

Eliminer les lieux de vie et les lieux de ponte 

Le moustique tigre est un moustique urbain, qui se déplace peu : il vit dans un rayon de 150 m… le moustique qui vous pique est donc né dans votre quartier ! Ce moustique a une durée de vie moyenne d’environ 1 mois, et les femelles peuvent pondre environ 200 œufs tous les 12 jours !
La femelle pond dans de très petites quantités d’eau principalement dans nos jardins : l’équivalent d’un bouchon renversé lui suffit ! Pour empêcher  le moustique tigre de pondre et de proliférer, il faut supprimer ou vider tous les endroits et objets pouvant retenir l’eau à l'intérieur et à l'extérieur de votre maison.


   Adopter les bons gestes : la chek-list  

 

Au delà d'une nuisance, un risque de santé publique 

Le moustique tigre n’est pas en lui-même, porteur du virus de la dengue, du chikungunya ou du Zika, mais il en est un vecteur potentiel : Il présente un risque pour la population s’il a piqué, au préalable, une personne déjà infectée, revenant d’un pays ou d’une zone où sévissent ces maladies. C’est pourquoi les autorités de santé restent très vigilantes à tout cas de dengue, chikungunya, ou Zika importé en métropole. L’épidémie de dengue qui sévit actuellement en Outre-mer augmente le risque d’importation de ces maladies en métropole. 

Les voyageurs se rendant dans des zones où sévissent ces maladies (essentiellement les pays de la zone intertropicale) doivent être particulièrement vigilants à se protéger des piqûres de moustique pendant leur séjour pour éviter, d’une part la maladie, mais également de rentrer sur le territoire avec le virus.
 

   Je pars en voyage  

Illustration: James Gathany, CDC

Partagez cette information sur

Twitter share Facebook share Retour Toutes les actualités


© Mairie de Saint-Sylvestre sur Lot - 2015

Profil-Web

Mentions légales